L’Index de Reykjavík pour le Leadership constate que les préjugés sur la capacité des femmes à exercer le pouvoir demeurent en 2020 et, qu’en France, les stéréotypes de genre sur l’exercice des responsabilités s’accentuent.

L’Index Reykjavík pour le Leadership évalue dans quelle mesure les femmes, comme les hommes, sont considérés comme aptes à exercer des postes de pouvoir ou de direction. Ainsi, un score de 100 correspond à une parfaite égalité, sans avantage pour l’un ou pour l’autre, et une note inférieure à 100 révèle une inégalité. Cette année, des recherches ont été menées dans les pays du G7 ainsi qu’en Inde, au Kenya et au Nigeria.

Women Political Leaders (WPL) et Kantar, les co-fondateurs de l’Index de Reykjavík, ont constaté que la société n’est pas devenue plus progressive sous l’effet de la COVID-19.

Malgré les différents mouvements mondiaux en faveur de plus d’égalité entre les hommes et les femmes, les postes de pouvoir restent perçus de manière inégalitaire, sans amélioration en 2020 par rapport à 2019.

Index de Reykjavik
« Nous menons cette étude depuis maintenant trois ans et il est frappant de constater l’absence de progrès. »

Dr Michelle Harrison, Global CEO, Kantar Public

Pour les pays du G7, nous avons observé les grands enseignements suivants :

  • Le Royaume-Uni et le Canada ont les points de vue les plus progressistes du G7, avec des scores de 81.
  • Les femmes des pays du G7 ont, elles aussi, des préjugés à l’égard des femmes dirigeantes par rapport aux hommes dirigeants, mais elles sont davantage susceptibles que les hommes de penser que les femmes sont tout aussi aptes à diriger qu’eux.
  • La position de l’Allemagne a régressé depuis 2019, selon l’index.
  • En moyenne, dans le G7, les hommes jeunes se montrent moins progressistes que les jeunes femmes.
  • Les femmes britanniques ont l’indice le plus élevé, ce qui signifie qu’elles sont les plus enclines à penser que les femmes sont tout aussi capables d’exercer le pouvoir que les hommes.
  • Les médias et le divertissement (81), les sciences naturelles (81), l’économie et les sciences politiques (81) et la banque et la finance (80) sont les secteurs ayant les scores moyens les plus élevés au sein des pays du G7.

Et en France ?

  • La France se situe dans la moyenne G7 (74) alors qu’elle se situait en tête en 2019 (77, exæquo avec le Canada). Ce recul est visible pour les hommes comme pour les femmes. Tous les secteurs sont impactés, mais particulièrement la politique, l’aérospatial, l’automobile, l’industrie (-4 pts) : les femmes perdent en légitimité vs les hommes pour exercer des postes de pouvoir dans ces domaines. Même les secteurs de l’enfance, de la beauté et de la mode sont touchés (-4 pts et -6 pts), preuve que les stéréotypes se renforcent également pour les hommes.
  • Comme dans les autres pays, les Françaises sont plus progressistes que les Français (78 vs 70) et les plus jeunes plus traditionnels que les plus âgés (71 18-34 ans vs 76 35-55 ans et 75 55-65 ans). Au final, les hommes les plus jeunes sont les moins progressistes (67), tandis que les femmes de 35 ans et plus sont les plus progressives (80).
  • En 2020, 45% des Français et des Françaises seraient à l’aise avec l’idée d’une femme à la tête du gouvernement et 46% le seraient à l’idée d’une femme à la tête d’une grande entreprise en France. Il semble donc que malgré la loi de 2011 et la présence de 44% de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des grandes entreprises françaises (l’objectif était de 40%), les barrières mentales résistent. Le confinement et la crise économique en lien avec la COVID-19 touchent plus durement les femmes, et sont autant d’éléments qui portent à croire que le fossé entre les hommes et les femmes pourrait encore s’accentuer, avec pour conséquence un certain retour aux rôles traditionnels et aux stéréotypes.
Reykjavik
Notre étude apporte des éléments permettant de comprendre où l’égalité progresse et où elle ne progresse pas, afin de déterminer où les acteurs publics et privés peuvent agir.
Télécharger le rapport

Télécharger le rapport

Merci de remplir le formulaire ci-dessous pour télécharger le rapport "The Reykjavik Index for Leadership 2020/21".

Soyez rassuré, nous ne partagerons vos données personnelles avec personne d'autre.