Élections Régionales 2021 Hauts-de-France, notre analyse

Notre analyse de la situation dans la région Hauts-de-France dans la perspective des élections régionales.
Télécharger l'analyse Nous contacter
Élections Régionales 2021
Laure Salvaing
Laure
Salvaing

Directrice Générale, Kantar Public France

Pierre Latrille
Pierre
Latrille

Chargé d'études senior, Kantar Public

Nous contacter

Mise à jour : 6 mai 2021

Contexte et enjeux

Née de la fusion entre les deux anciennes régions du Nord Pas-de-Calais et de Picardie, la région des Hauts-de-France occupe une place importante sur la scène politique française, son président, Xavier Bertrand, étant une personnalité politique d'envergure nationale et la région étant aussi devenu au fil des années un bastion du Rassemblement National. Dans ce contexte, l'élection régionale de 2015 avait été particulièrement suivie, du fait notamment de la possible victoire de la liste Front National menée, à l'époque, par Marine Le Pen. 

Longtemps marquée à gauche (notamment pour le Nord Pas-de-Calais) la région a non seulement basculé à droite en 2015, suite à la victoire de la liste menée par Xavier Bertrand, mais a vu la gauche disparaitre du Conseil régional en raison du retrait du candidat socialiste pour faire barrage au FN. 

Implantée à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Marine Le Pen a fait de la région un bastion de son parti. Lors de l'élection présidentielle de 2017, elle est arrivée, de loin, en tête du premier tour  (avec 31% des voix) et a réussi au second tour à réaliser un résultat bien meilleur que dans l'ensemble du pays (47%). Les deux seuls départements où la candidate du RN est arrivée devant Emmanuel Macron au second tour sont d'ailleurs situés dans la région (le Pas-de-Calais et l'Aisne). En 2021, l'enjeu pour le RN sera donc d'essayer de nouveau de remporter la région, en espérant que le front républicain apparu en 2015 ne revoit pas le jour.

Marine Le Pen a choisi cette année de ne pas se représenter à la présidence de la région et a préféré confier la tête de liste à Sébastien Chenu, originaire de Picardie et ancien membre de l'UMP. Ce dernier rencontra sans nul doute comme principal obstacle son manque de notoriété par rapport à Marine Le Pen. 

A droite, Xavier Bertrand se présente à sa réélection, en faisant figure de grand favori. Bien qu'ayant quitté Les Républicains en 2017, l'ancien maire de Saint-Quentin devrait être soutenu par LR et l'UDI dans sa course à la présidence de la région. 

Ce dernier a cependant placé le débat à un autre niveau en hypothéquant sa candidature à l'élection présidentielle de 2022 à une victoire aux élections régionales de juin. Une victoire sera donc nécessaire à la réalisation de son ambition présidentielle. De plus, cette annonce pourrait peser sur le scrutin, une partie de l'électorat pouvant estimer qu'il n'a pas vraiment le souhait de présider la région mais uniquement de trouver un tremplin pour l'élection présidentielle. 

La République en Marche a choisi de soutenir la candidature de Laurent Pietraszewski, Secrétaire d'Etat chargé des retraites, qui avait été élu député du Nord en 2017. Ce dernier aura le pari difficile de réaliser un bon score dans une région où la situation du parti présidentiel n'est pas favorable, entre un ancrage fort du président sortant Xavier Bertrand et une forte implantation du vote RN. Il pourra bénéficier pour cela du soutien d'Eric Dupont-Moretti. Le médiatique ministre de la justice a décidé de se présenter sur la liste menée par Laurent Pietraszewski et pourrait apporter un peu de notoriété à une candidature qui en manque. 

La vraie surprise de cette élection régionale est venue de la gauche qui, après de longues et difficiles tractations, a réussi à opérer une alliance entre les différents partis afin de présenter une liste unique, menée par Karima Delli, membre d'Europe-Ecologie-Les-Verts. Originaire de Roubaix et députée européenne, la candidate a annoncé l'accord avec la France Insoumise, le Parti communiste et le Parti socialiste le 11 mars dernier. 

Cet accord revêt une grande importance. En effet, malgré des appels à l'union dans toutes les régions, les Hauts-de-France pourraient être le seul endroit où l'union des quatre grandes forces de gauche a réussi à s'opérer. Outre sa dimension symbolique, cet accord pourrait donc faire office de laboratoire à un an de l'élection présidentielle. De plus, si une victoire semble peu probable, il pourrait permettre à la gauche de faire son retour dans l'hémicycle régional.

Ce que disent les sondages

Un récent sondage Ipsos réalisé en mai 2021 permet d'avoir une idée des rapports de force à deux mois de l'élection.

Xavier Bertrand, président sortant, fait clairement office de favori. Son bilan est perçu positivement par une grande majorité des habitants de la région (69%), même si un tout petit nombre seulement le considère excellent (9%). De plus, cette perception est partagée par une majorité d'électeurs potentiels des quatre grands candidats, notamment ceux du candidat de la République en Marche (78%), qui pourraient choisir de finalement soutenir l'ancien maire de Saint Quentin face au RN et à l'union de la gauche. 

Xavier Bertrand bénéficie également d'une notoriété importante (91% des habitants le connaissent), loin devant celle de ses opposants, que ce soit Sébastien Chenu (45%) ou Karima Delli (18%).

La liste de Xavier Bertrand arriverait en tête, avec 35% des intentions de vote au 1er tour, juste devant celle du Rassemblement National menée par Sébastien Chenu (32%). Ces deux listes font la course en tête et se situent loin devant celle de l'union de la gauche menée par Karima Delli (20%) et celle soutenue par La République en Marche (10%).

Seul bémol pour Xavier Bertrand, la certitude du choix pour sa liste est la plus faible parmi les quatre grands candidats (52%). Si elle est proche de celle de Karima Delli (53%) et de Laurent Pietraszewski (59%) elle est loin derrière celle de Sébastien Chenu (75%).

Les quatre grandes listes pourraient donc se maintenir au second tour. La liste soutenue par La République en Marche est cependant dans une situation délicate. Si son score final descendait sous les 10% elle ne pourrait pas assurer sa présence au second tour. 

Or, cette présence tient une grande importance sur le résultat final. En effet, en cas de quadrangulaire, Xavier Bertrand pourrait se retrouver (à son tour) dans une situation délicate. Si sa liste est donnée gagnante avec 36% des intentions de vote, elle est talonnée de près par celle soutenue par le RN (33%). En revanche, en cas de triangulaire, la liste menée par Xavier Bertrand arriverait plus largement en tête (43% contre 34% pour celle de Sébastien Chenu).

Pourquoi la suivre 

Xavier Bertrand a lié son destin présidentiel à cette élection. Il a fait de son ancrage régional son principal argument. Une victoire pourrait lui servir de tremplin et lui permettre de peser à droite, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. En revanche, une défaite sonnerait le glas de ses ambitions. 

En cas de présence au second tour, la République en Marche pourrait se retrouver face à un dilemme. Xavier Bertrand s'affichant clairement comme un concurrent d'Emmanuel Macron en 2022, l'intérêt du parti présidentiel serait qu'il ne l'emporte pas mais ce cas de figure ne pourrait se réaliser qu'en cas de victoire du RN. Le maintien de la liste au second tour devra donc se faire à l'aune de ce contexte. 

La gauche va expérimenter une union de ses grandes forces derrière une candidate écologiste dans une terre anciennement socialiste. Le résultat permettra de donner une idée de la dynamique potentiellement créée par cette union et pourrait peser en vue des tractations pour l'élection présidentielle de 2022.

Enfin, le RN aura pour enjeu de réaliser un score au moins aussi bon qu'en 2015, avec une tête de liste moins connue. Pour ce parti qui rencontre des difficultés à faire émerger des têtes d'affiche, un score faible incarnerait au grand jour cette difficulté.

 


 

AUTRES RÉGIONS

 

Auvergne-Rhône-Alpes
Région
Bretagne
Région

   
Grand Est
Région

Île de France
Région

   
Normandie
Région

Nouvelle-Aquitaine
Région

   
Occitanie
Région

Pays de la Loire
Région

   
Sud-Provence Alpes Cote d'Azur
Région

Carte interactive
Carte

Nous contacter