Élections Régionales 2021 Pays de la Loire, notre analyse

Notre analyse de la situation dans la région Pays de la Loire dans la perspective des élections régionales.
Télécharger l'analyse Nous contacter
Élections Régionales 2021
Laure Salvaing
Laure
Salvaing

Directrice Générale, Kantar Public France

Eddy Vautrin-Dumaine
Eddy
Vautrin-Dumaine

Directeur d'études, Kantar Public France

Nous contacter

Une région ancrée à droite et disputée

A l'exception des 10 ans de mandat du socialiste Jacques Auxiette entre 2004 et 2015, la Région des Pays de la Loire a toujours été administrée par la droite.

En 2015, lors du dernier scrutin régional, c'est Bruno Retailleau, Président du groupe Les Républicains au Sénat, qui a refermé cette parenthèse socialiste en reprenant les clés de l'Hôtel de Région à l'issue d'une triangulaire au cours de laquelle il a obtenu 42,7% des voix avec le soutien de l'UDI et du MoDem face à une liste d'union de la gauche (37,56%) et à une autre du Front national (19,74%).

Clés qu'il a transmises en 2017 en raison du cumul des mandats, à Christelle Morançais (LR) auparavant 2ème vice-présidente de la Région. Elle est devenue alors la première femme à exercer cette fonction dans les Pays de la Loire et la quatrième à la tête d'une région française.

Elle devrait, sauf surprise, être candidate à sa propre réélection, mais sous son nom cette fois alors que le scrutin sera particulièrement disputé pour espérer refaire basculer la Région. D'où la présence de personnalités politiques de 1er plan comme le député.

LREM François de Rugy – pressenti mais non déclaré –, le député et ancien Maire de Laval Guillaume Garot ou encore le député écologiste – mais élu en 2017 sous les couleurs de La République En Marche (dont il ne fait plus partie) – Mathieu Orphelin qui cherche à créer un rassemblement de la gauche et des écologistes autour de lui.

Si MM. Garot et Orphelin prônent tous deux l'union de la gauche, ils ne parviennent cependant pas à s'entendre, pour le moment.

Du côté des écologistes, on considère que « le candidat PS ne souhaite toujours pas avancer collectivement s'il n'est pas assuré d'avoir la tête de liste » et leur tête de liste Mathieu Orphelin a demandé « un sondage pour savoir qui serait la meilleure tête de liste. » Le candidat écologiste assure qu'il se rangerait derrière lui « si le résultat [était] probant ». Notons que la tête de liste écologiste devrait bientôt pouvoir se targuer du soutien de La France Insoumise.

Du côté du Parti socialiste, Guillaume Garot a indiqué que « la conduite de ce rassemblement, pour qu'il soit durable et crédible, ne peut se décider sur un simple sondage. Il doit être fondé sur les réalités politiques issues des municipales, sur la constance des positions politiques exprimées et sur la volonté de travailler ensemble au service de notre région ». Les proches de Guillaume Garot sont récemment revenus vers Mathieu Orphelin pour lui proposer une union dont Guillaume Garot serait tête de liste, fort de sa liste rassemblant 10 partis politiques de gauche mais aussi, selon eux, parce qu'il est la « seule tête de liste à faire consensus pour faire basculer à gauche la Région des Pays de la Loire ».

Ce que disent les sondages

D'après un sondage d'Opinion Way réalisé en janvier 2021, rien ne semble écrit dans les Pays de la Loire, où union de la gauche et des écologistes ou pas, la majorité LR sortante est confrontée à la concurrence de LREM et du Rassemblement national. Un constat délicat pour la majorité dans un contexte où – selon ce même sondage – 1 habitant sur 2 déclare ne pas connaitre le bilan de l'actuelle présidence de Région.

  • La liste LR-UDI conduite par la Présidente sortante Christelle Morançais arriverait ainsi dans les deux cas peu ou prou à égalité (en 1ère ou 2ème position) avec celle de François de Rugy (LRM, Modem, Agir) en récoltant entre 24% et 25% des voix, soit un niveau bien inférieur à celui de 2015 (33,49%).
  • La liste du Rassemblement national pourrait, elle, recueillir 16% des voix contre 21,35% des voix en 2015. Cela lui permettrait néanmoins de se maintenir au 2nd tour.

La gauche unie et réunie autour d'une liste citoyenne soutenue par EELV, le PS, Génération.s, Génération Ecologie, la France insoumise et l'UDB conduite par Matthieu Orphelin pourrait, elle, arriver en tête du 1er tour avec 29% des voix.

Désunie, la gauche serait en revanche reléguée en 4ème et 5ème positions au 1er tour mais en capacité de se maintenir pour le 2nd. La liste conduite par Matthieu Orphelin récolterait alors 15% des voix, quand celle du PS, du PRG et du PC conduite par Guillaume Garot récolterait 13%, un score très bas pour la liste socialiste qui avait obtenu 25,75% des voix en 2015.

La liste de la France insoumise conduite par Matthias Tavel serait, elle, créditée de 6% des voix. Des pourcentages précieux, car la France Insoumise a fait savoir au pôle écologiste qu'elle était prête à s'allier avec lui.

Pourquoi suivre cette élection

Les Pays de la Loire pourraient être l'une des rares régions à basculer à gauche en 2021.

Un duel entre le PS et EELV : la gauche, comme dans de nombreuses régions, devra montrer sa capacité d'union si elle espère l'emporter. Or il se pourrait que cette fois celle-ci ne s'organise pas autour du Parti socialiste mais autour d'une liste à la fois écologiste et citoyenne. Une situation compliquée à accepter pour le Parti socialiste tant son implantation dans la région reste importante. Il est en effet arrivé en tête à Nantes, Laval, Le Mans, Saumur ou Saint-Nazaire lors des dernières élections municipales.

La République En Marche, si elle a peu d'espoir de remporter la région, pourrait réaliser un bon score avec la candidature de François de Rugy et essayer par-là d'ancrer son parti dans la région.

Pour le RN enfin, il s'agir de maintenir une dynamique politique : Hervé Juvin affiche l'ambition de faire mieux que les 21,5 % de voix obtenues au premier tour des élections régionales en 2015, un score élevé qui avait alors surpris dans cette région qui était traditionnellement peu encline au vote FN.

Nous contacter
Autres régions
Notre analyse de la situation dans la région Auvergne-Rhône-Alpes dans la perspective des élections régionales.
Notre analyse de la situation dans la région Grand Est dans la perspective des élections régionales.
Notre analyse de la situation dans la région Île-de-France dans la perspective des élections régionales.