Le saviez-vous ?

Kantar vous présente sa donnée Media de la semaine !
26 août 2022
2021 Le saviez vous
Nous contacter

Kantar vous propose sa rubrique :

Le saviez-vous ?

Le Tour de France Femmes a généré cette année 26 nouvelles créations publicitaires

contre 115 pour la version Hommes soit 4,4 fois moins de publicités.

Une différence qui s’explique notamment par le nombre d’annonceurs qui ont pris la parole, essentiellement des sponsors et partenaires officiels. Pour l’édition féminine, seuls 7 annonceurs ont véhiculé des messages liés à cette compétition quand on en dénombre 47 pour l’édition masculine.

Le saviez vous TDF

Source : AdScope


Près d'1/4 des Français

de 15 ans et + déclarent qu’ils « n’achèteront jamais des cosmétiques qui ont été testés sur des animaux » soit plus de 12,7 millions d’individus.

Évidemment, ces consommateurs sont également attirés par les cosmétiques Bio mais ils avancent d’autres critères qu’ils considèrent comme les plus importants.

En effet, 53% d’entre eux choisissent d’acheter des marques qui suppriment les perturbateurs endocriniens contre 21% de l’ensemble de la population soit un indice de 245. Idem pour la composition des produits ou la notation des appliscan qui détectent les ingrédients à risque. Mais ils sont aussi très attirés par l’innovation puisque c’est un critère de choix pour 22% de ces consommateurs spécifiques vs 10% pour la moyenne nationale.

Concernant leurs habitudes médias, ces consommateurs se démarquent par leur plus forte affinité avec la télévision (indice 116), ils passent aussi plus de temps sur leur smartphone (indice 115) et sont également de plus grands adeptes des promotions en magasins (indice 115). 

Méthodologie :

L'indice d’affinité est un indicateur de comparaison des caractéristiques d’une cible à celui d’une population de référence.

- Quand l’indice est supérieur à 100, la cible est sur représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion plus élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

- Quand l’indice est inférieur à 100, la cible est sous représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion moins élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

Source : TGI France 2022R1 - Avril


+12%

de créations publicitaires pour l'ensemble des marques de Grande Consommation au 1er semestre 2022 vs 1er semestre 2021.

Ce marché représente désormais 3% du volume total de créations soit 1 point de mieux que l’an dernier.

En 2022, les 184 annonceurs actifs ont créé 1 060 nouvelles publicités sur le mobile, soit en moyenne 5 créations par annonceur, avec une majorité maintenue sur le format bannière qui représente 89% des créations et une diminution des créations sur Applis (-13%).

Le secteur Alimentation réalise à lui seul 47% de l’activité avec un top 3 annonceurs composé de Foods International pour sa marque La Tisanière, le fabricant de Petfood Edgard Cooper et Ferrero, notamment pour sa marque Nutella.

data ilec

Source : AdScope - 1er semestre 2022 vs 2021


47,3%

des Français de 15 ans et + déclarent consommer des snacks salés ou sucrés en guise de grignotage.

Si seulement 2,6% d’entre eux en consomment plus de 4 fois par jour, près d’1 grignoteur sur 4 nous dit en manger 1 fois par jour.

D’un point de vue des médias consommés, ces deux profils montrent une forte affinité avec les réseaux sociaux, la vidéo online, le streaming musical et passent également un temps certain sur leurs smartphone.

Cependant, les grignoteurs les plus frénétiques se distinguent par un intérêt plus particulier pour l’événementiel (Indice 325 vs 129) et sont également bien plus sensibles au sponsoring sportif (Indice 202 vs 103).

Source : TGI France 2022R1 Avril


En 2021, le volume de programmes TV dédiés au Tour de France était de 717 heures en France.

Les retransmissions en direct en composaient 31% contre 58% pour les rediffusions, le reste concerne les magazines dédiés au Tour de France. France Télévisions et la chaine Eurosport se partagent ce volume de diffusion (respectivement 21% et 79% du volume total).

Saviez-vous que lors des retransmissions en direct, les sponsors les plus visibles sont ceux apposés sur l’arrière du short des coureurs ? En effet, sur 100 minutes de visibilité d’une marque, 21 le sont grâce à cet emplacement.

Enfin, saviez-vous que le cyclisme en général bénéficie d’une « bonne image globale » auprès de 70% des Français ?

Source : Kantar Sport Intelligence


+31%

de pression publicitaire pour les biscuits sucrés au 1er trimestre 2022.

Alors que l’activité publicitaire de ce secteur avait subi une coupe franche de -23% au 1er trimestre 2021 vs 2020, les marques semblent rebondir cette année et, ensemble, élèvent les investissements de ce marché à un niveau supérieur à la période d’avant crise (+39% vs 1er trimestre 2019).

Si Mondelez International maintient son leadership avec une pression publicitaire stable, deux annonceurs sont particulièrement dynamiques et tirent le marché. Ferrero, à lui seul, contribue pour 41% à la croissance du secteur, suivi de August Storck qui y participe à hauteur de 32%.

Source : AdExpress


45,4%

des Français de 15 ans et + déclarent consommer personnellement des produits allégés et c’est particulièrement vrai auprès des 35-49 ans (Indice 116).

 

Ceci étant, l’ensemble de ces consommateurs montre des comportements médias différents, comparé à la moyenne des Français et aux non-consommateurs d’allégé. Par exemple, ils sont 38% plus susceptibles d’acheter, de s’informer et de comparer en magasin (indice 138) et aussi 36% plus en affinité avec les réseaux sociaux.

 

A l’inverse, la télévision, la radio ou les courriers publicitaires ont moins d’impact sur eux contrairement à leurs antagonistes qui privilégient davantage ces canaux.

Méthodologie :

L'indice d’affinité est un indicateur de comparaison des caractéristiques d’une cible à celui d’une population de référence.

- Quand l’indice est supérieur à 100, la cible est sur représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion plus élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

- Quand l’indice est inférieur à 100, la cible est sous représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion moins élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

 

Source : TGI France - 2021R2 Octobre

 


45,4%

des Français de 15 ans+ déclarent consommer personnellement des produits allégés et c’est particulièrement vrai auprès des 35-49 ans (Indice 116).

Ceci étant, l’ensemble de ces consommateurs montre des comportements médias différents, comparé à la moyenne des Français et aux non-consommateurs d’allégé. Par exemple, ils sont 38% plus susceptibles d’acheter, de s’informer et de comparer en magasin (indice 138) et aussi 36% plus en affinité avec les réseaux sociaux.

A l’inverse, la télévision, la radio ou les courriers publicitaires ont moins d’impact sur eux contrairement à leurs antagonistes qui privilégient davantage ces canaux.

Méthodologie :

L'indice d’affinité est un indicateur de comparaison des caractéristiques d’une cible à celui d’une population de référence.

- Quand l’indice est supérieur à 100, la cible est sur représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion plus élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

- Quand l’indice est inférieur à 100, la cible est sous représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion moins élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

Et vous, qui sont vos consommateurs ? Quels sont leurs centres d’intérêt et leur touchpoints médias ? Contactez-nous

Source : TGI France - 2021R2 Octobre


15%

c’est la part des investissements bruts que le secteur Alimentation a consacré à la RSE dans ses campagnes publicitaires en 2021. C’est 4 points de plus que la moyenne du marché, située à 11%, et c’est aussi le 5ème secteur le plus engagé après l’Energie et l’Industrie.

Au classement des 50 premiers annonceurs RSE, seuls 3 fabricants alimentation y sont représentés : Ferrero, Nestlé et Mondelez.

Pour connaitre le montant et l’évolution de la part dédiée à la RSE par les marques, leurs stratégies médias et les créations associés, contactez-nous.

Source : veille RSE Kantar – périmètre plurimédia

 


42

nouvelles créations publicitaires en DOOH pour les marques de grande consommation en février 2022, c’est 2,3 fois plus qu’en février 2020. En effet, après avoir souffert depuis la crise, le média affichage et le DOOH en particulier, observent un fort rebond comme souligné dans les résultats du BUMP annuel 2021 (réalisé en partenariat avec l'IREP et France Pub).

L’alimentation et les boissons sont les 2 secteurs représentés ce mois-ci sur le média alors qu’à la même période l’an dernier, le DOOH comptait 1 marque de cosmétiques ayant diffusé 2 créations dans le mois.

Au total, 10 annonceurs ont communiqué sur le média ce mois-ci dont Danone, Rockstar Energy et Stonyfield qui composent le top 3 en nombre de créations diffusées.DATA ILEC 180322

Source : AdScope – Février 2020 vs février 2021


10,6

millions de Français de 15 ans et + déclarent avoir de l'intérêt pour le Judo en général,

Le Judo est une discipline qui suscite de l’intérêt* auprès d’un français sur cinq, un sur quatre concernant les « intéressés sport ». Son « image globale » est positive pour 72% des personnes interrogées, meilleurs que pour certains sports très médiatique (cyclisme, tennis, football ou encore la Formule1).

Pour en suivre l’actualité, 74% des intéressés au Judo suivent ce sport principalement à la télévision. Les valeurs véhiculées par le Judo sont relatives à la pratique comme la « compétition », la « performance » ou encore le « défi », ainsi qu’à la morale avec l’item le mieux noté, le « respect ».

Saviez vous sport Judo

*Très + assez intéressés au Judo
1% de 15 ans et + (ensemble population) = 528 230 individus


14,4%

des Français de 15 ans et + déclarent être des consommateurs de produits alimentaires BIO et ils montrent des points différenciant quant à leur consommation de médias.

Ainsi, ces amateurs de nourriture et de marques BIO se distinguent par une forte affinité avec le Cinéma (Indice 160) et une plus forte consommation de la presse quotidienne et des magazines (Indice 138). Ils sont également 33% plus susceptibles d’utiliser les promotions sur Internet (Indice 133). A l’inverse, la télévision est un média en sous-affinité avec ces consommateurs dont la durée de visionnage est inférieure à la moyenne nationale (Indice 85).

Méthodologie :

L'indice d’affinité est un indicateur de comparaison des caractéristiques d’une cible à celui d’une population de référence.

- Quand l’indice est supérieur à 100, la cible est sur représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion plus élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

- Quand l’indice est inférieur à 100, la cible est sous représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion moins élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

Et vous, qui sont vos consommateurs ? Quels sont leurs centres d’intérêt et leur touchpoints médias ? Contactez-nous


Source : TGI France - 2021R2 Octobre

 


x2.6 

c'est l’évolution de la pression publicitaire des marques de shampooings solides en 2021 vs 2020.

Une forte progression des campagnes publicitaires pour les 3 marques actives sur ce marché. À commencer par Garnier qui prend la tête du classement en 2021 et qui réalise les 2/3 de cette activité avec un budget 3,7 fois plus important pour promouvoir son produit Ultra Doux. Relégué à la 2ème place, Lascad est également en hausse sur son shampooing solide DOP mais croît moins vite que la moyenne. Enfin nouvel arrivé en publicité, Klorane réalise ses 1ères campagnes en décembre 2021 ce qui laisse présager d’importantes campagnes en 2022 pour ce produit et une part de voix qui grandira pour le fabricant.

 

Source : AdExpress


9,2 millions d'euros bruts

c’est le budget publicitaire brut en TV des marques de pâtisserie et boulangerie industrielle sur le mois de janvier 2022.

C’est 2,3 fois plus qu’en janvier 2021 avec la présence de 5 annonceurs cette année contre 3 l’an dernier.

Ferrero, avec Kinder Délice, reste 1er sur ce marché avec 35% de part de voix et une hausse de 13% sur son budget brut. Harry’s, absent des écrans TV en janvier 2021, se place au 2ème rang et réalise 24% des investissements du secteur pour promouvoir sa brioche tranchée. 3ème ce mois-ci, La Fournée Dorée réalise 16% du marché et c’est le seul fabricant qui communique sur plusieurs de ses produits, à l’inverse des autres marques, et qui intègre des opérations de parrainage dans son dispositif.

Source : AdExpress


60%

des personnes qui s'intéressent au sport, s'intéressent à l'Equipe de France masculine de Rugby. 

Parmi ces individus, 81% ont une bonne image de l'équipe de France de Rugby masculine contre 67% pour l'équipe de France de Football masculine. 

Source : Etude d’opinion menée du 14 au 22 décembre 2021 auprès d’un échantillon de 1 000 individus représentatif de la population française de 15 ans et plus.

 


-9.7%

de pression publicitaire TV pour les PGC* en décembre 2021.

En décembre 2021, la grande consommation observe un repli de sa pression publicitaire TV comparé à l’an dernier avec une même tendance à la baisse pour les différents marchés à l’exception des boissons dont les investissements bruts affichent +49%. Une croissance essentiellement due au dynamisme des marques de Soft Drink, à commencer Pepsico. Absent des écrans en 2020, le fabricant signe la plus forte progression en valeur et se place au 2ème rang avec d’importantes communications pour Lipton Ice TeaCoca-Cola reste 1er avec budget brut de +35% et s’est recentré sur une seule campagne image en 2021 contre des communications purement produits en décembre 2020. Enfin Orangina Suntory contribue également à la croissance du secteur boissons avec 2,4 fois plus d’investissement en TV pour promouvoir sa marque Schweppes Indian Tonic.

*PGC = Produits de Grande Consommation

Source : AdExpress


17,4%

c’est la part des Français de 15 ans et + qui déclarent pratiquer régulièrement ou occasionnellement un sport d’hiver. Et c’est toujours le ski alpin qui compte le plus d’adeptes (65%), suivi des raquettes à neige (34%) puis du ski de fond ou de randonnée (26%). À noter également que près d’1 Français sur 5 affirme pratiquer le patin à glace (19%).

Concernant la publicité, 17,9% de ces consommateurs disent l’apprécier contre 16,3% pour l’ensemble de la population. Elle est même très bien accueille parmi les amateurs de ski de fond et de randonnée (27,1%). De même, les publicités où les célébrités apparaissent captent davantage l’attention des patineurs (26,4%) et des skieurs de fond (24.3%) que la moyenne des Français (15,5%).

Pour toucher ces amateurs de sport d’hiver, les marques opteront pour des campagnes événementielles dont ils sont fans (Indice 195) et c’est encore plus vrai pour les patineurs (Indice 320) et les skieurs de fond (Indice 308). Ceux qui pratiquent le ski alpin seront également sensibles à ces actions et ils montrent une forte affinité avec le streaming musical (10% vs 6,8% pour l’ensemble des Français).

Méthodologie : l’indice d’affinité est un indicateur de comparaison des caractéristiques d’une cible à celui d’une population de référence.

Quand l’indice est supérieur à 100, la cible est sur représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion plus élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

Quand l’indice est inférieur à 100, la cible est sous représentée sur la variable, c’est-à-dire qu’elle est en proportion moins élevée à adopter un comportement, consommer un produit, … que ne l’est la population de référence.

Source : TGI France - 2021R2 Octobre


141

nouvelles vidéos instream ont été diffusée en pré-roll sur internet par les annonceurs de l'alimentation en 2021.

Une tendance nettement en hausse puisque c’est 2 fois plus que l’année précédente et en progression de +55% comparé à 2019. Au-delà de cette croissance en volume, on constate aussi une plus forte créativité de la part des marques avec une hausse significative des vidéos exclusivement dédiées et créées pour le média quand, il y a quelques années en arrière, les annonceurs diffusaient majoritairement le spot TV. Aujourd’hui, les nouvelles publicités exclusivement instream représentent 70% des créations contre 57% en 2020 et 53% en 2019.

Au-delà de cette croissance en volume, on constate aussi une plus forte créativité de la part des marques avec une hausse significative des vidéos exclusivement dédiées et créées pour le média quand, il y a quelques années en arrière, les annonceurs diffusaient majoritairement le spot TV. Aujourd’hui, les nouvelles publicités instream représentent 70% des créations contre 57% en 2020 et 53% en 2019.

Au total, 67 annonceurs ont opté pour ce format en 2021 contre 43 en 2020. Parmi eux, Interfel cumule toujours le plus grand nombre de nouvelles créations, suivi de Ferrero, Mars Chocolat, Labeyrie et Nestlé.

Source : AdScope – Janvier 2019 – Décembre 2021


61%

de la population Européenne de 15 ans et + déclare acheter des boites de chocolat.

Les fêtes de fin d’année restent une période où les achats en matière de boites et assortiments de chocolats augmentent, que ce soit pour sa consommation personnelle ou pour offrir.

Ainsi, d’après l’étude TGI Europa, 61% de la population Européenne de 15 ans et + déclare avoir acheté des boites de chocolats.

C’est surtout en Allemagne qu’on retrouve les plus gros consommateurs avec un taux de pénétration de 70,8% et une fréquence d’achat plus soutenue puisque un quart d’entre eux s’en procure une ou plusieurs fois par mois contre 10,7% des Français et seulement 4,5% des Espagnols. Au 2ème rang des amateurs, on retrouve les Britanniques (68,5%), la France (51,6%) et enfin l’Espagne (46,7%).

Côté médias, ces acheteurs de chocolats ont des comportements très différents. Seulement 6,2% des Allemands sont très peu susceptibles de « payer des abonnements premium sur certains sites ou applis pour ne plus avoir de publicités » contre 16,4% des Français et 16,8% au UK. Autre tendance contrastée, ces Français sont davantage adeptes de la TV de rattrapage et TV en replay puisque 35,5% d’entre eux déclarent que cela a changé la façon qu’ils ont de regarder le petit écran contre 8,2% des Germaniques.

Source : TGI Europa 2021R1 – France, Allemagne, Espagne et UK


17,9%

des Français de 15 ans et + déclarent consommer personnellement des eaux aromatisées aux fruits alors que les jus de fruits sont consommés par près de 2 individus sur 3.

Cette cible particulière montre une distinction en matière de préférences entre ces deux types de boissons, mais également quand il s’agit de leurs loisirs et des activités/hobbies qu’ils pratiquent.

Les amateurs d’eaux aromatisées présentent un profil très créatif puisqu’ils sont 42% plus susceptibles que la moyenne des Français de régulièrement créer des bijoux (Indice 142), de s’essayer à l’écriture ou de la pratiquer (indice 131) et ils sont également 48% plus amenés à choisir des activités informatiques et technologiques (indice 148).

Concernant leur consommation média, ces fans d’eaux aromatisées montrent une plus forte affinité avec les « contacts direct en magasin » (indice 170), la vidéo online (indice 156) ou encore les réseaux sociaux (indice 150). 

Source : TGI France - 2021R2 Octobre


25%

soit 1 Français sur 4 qui déclare consommer du foie gras au moment des fêtes de fin d'année !

Parmi eux, 46,2% indiquent acheter le plus souvent des marques nationales de foie gras contre seulement 3% pour les marques de distributeurs. De plus, une part grandissante des Français privilégie l’achat auprès des éleveurs puisque 33,8% attestent se fournir auprès de producteurs indépendants. L’ensemble de ces consommateurs festifs est naturellement sensible aux actions de promotions notamment sur les SMS et emails (Indice 140), les réductions en magasins (Indice 140) ainsi qu’aux courriers publicitaires (Indice 138).

À noter que seulement 7,22% des personnes interrogées déclarent en consommer en dehors de cette période festive. Bien que consommateurs des marques dites de grande consommation, ils ont tendance à se tourner davantage vers les producteurs indépendants que les consommateurs occasionnels : respectivement 45,7% vs 33,8%. Cette cible se démarque également par sa consommation médias qui est davantage portée sur la télévision avec une durée de visionnage quotidien plus importante (indice 145 vs 130 pour les autres consommateurs de foie gras), la radio (Indice 135 vs 121) ou encore le sponsoring sportif (Indice 133 vs 110).

Source : TGI France - 2021R2 Octobre


27,2%

des Français de 15 ans et + déclarent consommer des soupes, potages et gaspachos. Ils sont 8,7% à en consommer au moins une fois par semaine.

Lorsque les consommateurs de soupes sont en quête de nouveaux produits, ils recherchent avant tout le goût du terroir (38,7%), les produits qui répondent à une plus grande attention à la santé (27,5%), les nouvelles recettes et nouvelles saveurs (23,7%) quand seulement 11,5% d’entre eux recherchent les conditionnements pratiques et innovants.

À noter que les « gros consommateurs » de soupes (au moins 1 fois/semaine) présentent quelques spécificités quant à leur consommation médias :

- ils sont largement plus susceptibles que la moyenne des Français d’acheter en magasin grâce aux promotions des enseignes (Indice 143).
- Le sponsoring sportif est aussi un très fort touchpoint pour cette cible (Indice 130). 

Source : TGI France - 2021R2 Octobre


24,6 %

c'est le pourcentage de Français de 15 ans et plus qui déclarent consommer du fromage à raclette ou tartiflette. Les femmes sont surreprésentées sur ce segment puisqu'elles sont 32% plus susceptibles d'en consommer versus les hommes qui se situent dans la moyenne. SMS & emails, courriers publicitaires et promotions en magasins sont les touchpoints les plus importants pour cette cible quand ils ont très peu d'affinité avec la musique en streaming, le sponsoring sportif ou encore la vidéo online.


Source : TGI France - 2021R2

 


45

c’est le nombre d’annonceurs Grande Consommation présents en 2021 dans les écrans publicitaires encadrant les retransmissions en TV de Roland Garros contre 40 l’année précédente.

Les Internationaux de Tennis ont donc capté davantage d’intervenants cette année et ils semblent également fidéliser les annonceurs puisque 23 d’entre eux étaient déjà présents lors de l’édition précédente.

Parmi les annonceurs fidèles, Unilever a renforcé sa présence en 2021 avec une pression publicitaire brute en hausse de +31% et se place au 6ème rang de l’ensemble des annonceurs actifs durant le tournoi diffusé en TV avec 3 produits mis en avant dont sa glace Magnum Double Gold Caramel Billionnaire. Les glaces et surgelés Thiriet à travers une campagne Gamme, Lustucru avec ses Gnocchis Rolls à poêler ou encore Pepsico avec notamment sa marque Lipton Ice Tea sont les autres annonceurs FMCG les plus actifs en valeur brute sur l’ensemble de la compétition.

Retrouvez le bilan publicitaire et médiatique des principales compétitions sportives en 2021 lors d'émission Experiences Day le jeudi 21 octobre à 9h30.

Source AdExpress : écrans publicitaires avant, pendant et après chaque retransmission TV du tournoi


32

c’est le nombre de nouveaux annonceurs Grande Consommation en TV en 2021. Ces nouveaux arrivants ont diffusé leurs toutes premières campagnes TV durant le 1er semestre. Parmi eux, la pression la plus élevée est signée Paramount Farms pour promouvoir sa marque « Wonderful Pistachios » et lui permet de se hisser au 25ème rang des annonceurs TV du semestre. La 2ème plus forte entrée est réalisée par les Laboratoires NG Nutrition avec une campagne pour sa gamme de produits diététiques et qui le place au 39ème rang du classement. Enfin, LPG Systems met en avant dans les écrans TV ses instituts de soins à travers une opération de parrainage de plusieurs programmes.

Source : AdExpress : annonceurs présents au 1er semestre 2021 et absents ou inexistants entre 2016 et 2020 – Total TV dont parrainage


46%

des Français déclarent préférer acheter les produits de marques qui s'engagent au niveau social et environnemental. Cette proposition est d'autant plus forte (51%) chez les Français qui envisagent de sortir plus que jamais après l'épidémie de Covid-19 pour rattraper le temps perdu*.

Source : TGI France - 2021R2


18

c’est le nombre d’annonceurs de la grande consommation ayant communiqué sur l’Audio Digital au 1er semestre 2021. C’est 7 intervenants de plus qu’en 2020 mais c’est également 2 annonceurs supplémentaires vs avant la crise, au 1er semestre 2019.

Sur la base du volume d’impressions servies, le top annonceurs place Heineken comme leader ce semestre avec des campagnes publicitaires, tant en audio seul qu’en audio+display, pour ses 2 marques de bières (Heineken et Affligem). Danone occupe le 2ème rang et recentre ses publicités audio digitales sur sa gamme de yaourt Hipro. Au 3ème rang, on retrouve un nouvel annonceur, absent sur les 1ers semestres 2019 et 2020 : Alpro Headquarters qui met en avant sa gamme de produits alimentaires sur les plateformes musicales étudiées*

Source : AdExpress - du 1er janvier au 30 juin 2021 – Base Audio Digital : en collaboration avec 7 partenaires majeurs (Deezer, Spotify, Targetspot, NRJ Global, Altice Media Ads & Connect, Lagardère Publicité News et M6 publicité).


x3,7

c’est la hausse de la pression publicitaire TV pour le marché des chocolats cet été.

Même si l’été 2020 observait des niveaux budgétaires historiquement bas, 2021 marque le retour en publicité de ces produits gourmands avec des investissements bruts nettement supérieurs à ceux d’avant crise (+44% vs 2019*). Entre le 1er juin et le 15 août, les marques de chocolats ont nettement renforcé leur présence sur le petit écran pour promouvoir leurs produits phares ou leurs nouveautés. Si Mondelez figure comme leader du marché avec 25% de part de voix et 2,6 fois plus de budget brut, c’est Mars Chocolat qui contribue le plus à la hausse du secteur (30%) et atteint 22,3% de part de voix. Les autres principales marques, que sont FerreroLindt et Nestlé, ne sont pas en reste et confirment le dynamisme estival de ce marché avec des croissances à deux voire trois chiffres.

Source : AdExpress - du 1er juin au 15 août

Vous souhaitez en savoir plus sur nos expertises Advertising et Consumers ? Contactez-nous

Nous contacter
Solutions associées
Des insights personnalisés sur le positionnement de vos concurrents pour comprendre les stratégies médias des marques et prendre les bonnes décisions.
Des données connectées sur la consommation des médias et des marques, l'attitude et le style de vie des consommateurs, pour un profilage et un ciblage performants.
Media - Inscription Newsletters
S'inscrire à la Newsletter
Je souhaite recevoir occasionnellement des informations et insights de Kantar sur les médias
S'inscrire